Schéma de l’oeil


schéma-oeil-pour-le-net 1. Corps vitré
2. Canal de Cloquet
3. Lame criblée de la sclère
4. Nerf optique
5. Artère et veine centrale de la rétine
6. Espace subarachnoïdien
7. Gaine externe
8. Fovéa / macula
9. Espace épiscléral
10. Gaine externe
11. Sclère
12. Espace périchoroïdien
13. Choroïde
14. Rétine
15. Tendon du muscle latéral
16. Corps ciliaire 
17. Corps ciliaire et muscle ciliaire
18. Procès ciliaires
19. Sinus veineux de la sclère
20. Ligament suspenseur du cristallin
21. Iris
22. Cristallin
23. Capsule du cristallin
24. Cornée
25. Chambre antérieure
26. Chambre postérieure
27. Angle irido cornéen
28. Zonule ciliaire
29. Conjonctive
30. Ora serrata
31. Tendon du muscle médial

 

Corps Vitré


Le corps vitré ou humeur vitrée ou corps hyalin est une masse gélatineuse transparente et sans couleur qui remplit l'espace situé entre le cristallin et la membrane de la rétine située sur la face postérieure de l’œil.
L'humeur vitrée est produite par les cellules de la partie non pigmentée des corps ciliaires.
Sa composition est identique à celle de la cornée, mais il contient très peu de cellules et il n'y a pas de vaisseaux sanguins.
98-99 % de son volume est formé d'eau (par opposition aux 75 % d'eau de la cornée). Toutefois, le vitré a une viscosité deux à quatre fois plus grande que celle de l'eau pure, ce qui lui donne une consistance gélatineuse.
De façon étonnante, malgré une si faible quantité de matière solide, l'humeur vitrée maintient en tension l’œil. 

Le vitré représente 90 % du volume de l’œil.
Son rôle est de garantir la rigidité du globe oculaire, et de maintenir la rétine en place contre la paroi de l’œil.
Contrairement au liquide de la partie antérieure de l’œil (l'humeur aqueuse) qui est continuellement renouvelée, le gel de la chambre du vitré est stagnant.
Dès lors, si du sang, des cellules, ou d'autres sous-produits d'un processus inflammatoire s’épandent dans le vitré, ils resteront là jusqu'à ce qu'un geste chirurgical vienne les en extraire.
Si l'humeur vitrée fuit derrière la rétine, il s'agit d'un décollement de rétine.

Le corps vitré constitue un des quatre dioptres de l'œil. Son indice de réfraction vaut 1,336.

Retour au schéma de l'oeil

 

Canal de Cloquet


Le canal de Cloquetcanal hyaloïde ou canal hyaloïdien, est un petit canal transparent, résidu embryonnaire de l’œil, qui part du point aveugle, traverse le corps vitré pour rejoindre la face postérieure du cristallin au niveau de l'espace de Berger.
Son nom est dû au médecin français Jules Germain Cloquet qui l'a décrit le premier.

Retour au schéma de l'oeil

 

Lame criblée de la sclère


Zone de la sclère taversée par les fibres du nerf optique

Retour au schéma de l'oeil

 

Nerf optique​


Le nerf optique est un nerf sensitif qui participe aux voies optiques et permet donc la vision. Le nerf optique se charge de transférer les informations reçues afin qu'elles soient traitées par le cerveau.

Le nerf optique naît dans l'orbite, à proximité de son pôle postérieur. Il mesure approximativement 40 mm de long pour 4 mm de diamètre. 

Retour au schéma de l'oeil

 

Artère et veine centrale de la rétine


Permet l'irrigation de la rétine.

Retour au schéma de l'oeil

 

Espace subarachnoïdien


L'arachnoïde est une fine enveloppe qui entoure le cerveau, le cervelet et la moelle épinière.
Elle est comprise entre la dure-mère et la pie-mère, deux autres couches qui forment les méninges avec elle.
L'espace entre la pie-mère et l'arachnoïde se nomme « l'espace subarachnoïdien ».

La membrane ressemble à une toile d'araignée d'où son nom (du grec arachne, « toile d'araignée »).

L’arachnoïde est une membrane molle, avasculaire (ne contenant pas de vaisseaux).

Retour au schéma de l'oeil

 

Fovéa / macula


La fovéa, ( zone centrale de la macula), est la zone de la rétine où la vision des détails est la plus précise. Elle est située dans le prolongement de l'axe visuel de l'œil.

La fovéa est peuplée uniquement de cônes, et nous permet la meilleure résolution optique. Les cônes permettent de voir en couleur. Lorsqu'on en est dépourvu, on ne possède pas la vision couleur.

Les bâtonnets sont répartis sur la rétine périphérique, qui donne une impression générale du champ de vision avec peu d'acuité visuelle.

Retour au schéma de l'oeil

 

Espace épiscléral


L'espace épiscléral entre la capsule de Tenon et la sclère
Il est occupé par un tissu celullaire, où cheminent les vaisseaux ciliaires et les insertions des muscles droits sur la sclère.

Retour au schéma de l'oeil

 

Sclère


La sclère, ou sclérotique, est une membrane blanche et opaque, très résistante, de structure tendineuse et d’épaisseur de 1 à 2 mm, qui forme le « blanc » de l’œil.
Elle permet de contenir la pression interne de l’œil et de protéger celui-ci contre les agressions mécaniques.
La sclérotique forme presque les quatre cinquièmes de la surface du globe oculaire.
En arrière, elle est traversée par le nerf optique et, latéralement, par des orifices destinés aux vaisseaux et aux nerfs.
Dans sa partie antérieure, la sclérotique est recouverte de la conjonctive (fine membrane muqueuse), qui recouvre aussi la face interne des paupières et les rend ainsi solidaires de l’œil, et se prolonge par la cornée.
C'est sur elle que s'insèrent les muscles oculomoteurs.

Retour au schéma de l'oeil

 

Choroïde


La choroïde est l’une des couches de la paroi du globe oculaire, située entre la sclérotique à l’extérieur et la rétine à l’intérieur.
C’est une couche richement vascularisée qui assure la nutrition de l’iris et des photorécepteurs rétiniens.
Sa structure lui assure une double fonction : d’une part, elle forme un écran qui maintient l’intérieur de l’œil en chambre noire, d’autre part, elle le protège du point de vue thermique, empêchant le passage d’une grande partie des rayonnements extérieurs.

Retour au schéma de l'oeil

 

Rétine


La rétine est l'organe sensible de la vision.
C'est une mince membrane pluri-stratifiée d'environ 0,5 mm d'épaisseur couvrant environ 75 % de la face interne du globe oculaire et intercalée entre l'humeur vitrée et l'épithélium pigmentaire sous-choroïdal.
Sa partie sensible à la lumière se compose de photorécepteurs: environ 5 millions de cônes (vision diurne et colorée) et ~120 millions de bâtonnets (vision crépusculaire et nocturne en noir et blanc), qui captent les signaux lumineux (photons) et les transforment en signaux électro-chimiques.
Elle se compose aussi de neurones qui à leur tour intègrent ces signaux chimiques (neurotransmetteurs) en signaux électriques à l'origine de potentiels d'action mais aussi de cellules gliales.
La rétine est vascularisée par l'artère et la veine dites centrales de la rétine.

Retour au schéma de l'oeil

 

Tendon du muscle latéral et médial


Les muscles oculomoteurs.

On appelle muscles oculomoteurs les six muscles responsables des mouvements de l'œil dans l'orbite, à savoir les muscles :

  • Droit supérieur 
  • Droit inférieur 
  • Droit médian (ou droit interne)
  • Droit latéral (ou droit externe)
  • Oblique supérieur (ou grand oblique)
  • Oblique inférieur (ou petit oblique) 

Retour au schéma de l'oeil

 

Corps ciliaire


Le corps ciliaire est la portion antérieure de la choroïde sur lequel est attaché le cristallin, par l’intermédiaire des ligaments suspenseurs (ou zonules).
Sur la face postérieure du corps ciliaire se trouvent les procès ciliaires qui sécrètent l'humeur aqueuse.
Sur le corps ciliaire s'attache une série de fibres appelée la zonule de Zinn. La zonule de Zinn maintient en place le cristallin.
Il contient le muscle ciliaire, un muscle lisse de petite taille, chargé de modifier la forme du cristallin lors de l'accommodation.

Retour au schéma de l'oeil

 

Procès ciliaires


Les procès ciliaires sont de petites glandes situées juste derrière le tour de l'iris qui produisent une humeur aqueuse servant à nourrir et oxygéner le cristallin et la cornée.
L'humeur aqueuse produite par les procès ciliaires permet aussi de réguler la pression intraoculaire qui doit être régulée de manière précise (16 à 22 mm de mercure).
Si la pression est trop importante, il y a risque de cécité par écrasement du nerf optique.

Retour au schéma de l'oeil

 

Sinus veineux de la sclère


Canal veineux annulaire enroulé autour de la cornée
Il est situé en avant du réticulum trabéculaire de la sclère qui le sépare de la chambre antérieure du bulbe de l’œil.
L’humeur aqueuse se déverse, à travers les mailles que limitent les faisceaux du réticulum, dans des lacunes périvasculaires qui entourent le sinus veineux de la sclère et les veines ciliaires antérieures.
Le sinus veineux de la sclère et ses émissaires jouent un rôle important dans la régulation du tonus ophtalmique.

Retour au schéma de l'oeil

 

Ligament suspenseur du cristallin


Le ligament suspenseur du cristallin (ou zonule) est un système de fibres partant de la rétine ciliaire et s’insérant à la face antérieure et postérieure du cristallin ainsi qu’à l’équateur.
Ce ligament a pour rôle de maintenir en place le cristallin et de lui transmettre la traction exercée par le muscle ciliaire.

Retour au schéma de l'oeil

 

Iris


L'iris est une membrane circulaire et contractile de la face antérieure du globe oculaire. Il constitue la partie colorée visible de l'œil. Il est percé en son centre d'un orifice, la pupille.

La contraction et la dilatation de l'iris sont contrôlées par deux muscles antagonistes : le muscle sphincter pupillaire et le muscle dilatateur de la pupille.
Ainsi, quand on parle couramment de « pupille dilatée » (mydriase), il s'agit en fait d'une dilatation de l'iris due à un relâchement du muscle sphincter et une contraction du muscle dilatateur.
Réciproquement, la contraction de la pupille (ou contraction de l'iris, ou myosis) est causée par une contraction du muscle sphincter.

La contraction ou la dilatation de l'iris est un réflexe physiologique pour adapter la vision à la luminosité ambiante.
Quand la luminosité ambiante est forte, l'iris se contracte, ce qui diminue l'intensité lumineuse qui vient frapper le centre de la rétine, et vice-versa. L'iris s'apparente en cela à un diaphragme.

Retour au schéma de l'oeil

 

Cristallin


L'œil comporte deux lentilles convergentes naturelles : la cornée, située à l'entrée de l'œil, et le cristallin, lentille biconvexe située derrière l'iris et reliée aux enveloppes de l'œil par le corps ciliaire.
Ces deux lentilles concentrent les rayons lumineux sur la rétine, qui joue le rôle d'écran au fond de l'œil.
La particularité du cristallin en tant que lentille est de pouvoir modifier sa courbure, sous l'action du muscle ciliaire (un muscle lisse), et donc sa vergence.
Une image nette peut donc se former sur la rétine même si l'objet est proche de l'œil. C'est le phénomène d'accommodation.

C'est un organe plein mais avasculaire, d’un diamètre frontal de 9 mm et de 4 mm d’épaisseur.
Le cristallin est composé de cellules très particulières, fibreuses et transparentes, qui conduisent la lumière. Ces cellules ont une forme allongée exceptionnelle (jusqu'à 1 cm).

Retour au schéma de l'oeil

 

Capsule du cristallin


La capsule du cristallin est une enveloppe transparente qui entoure entièrement le cristallin.
La perte de souplesse de la capsule du cristallin avec l’âge provoque l’apparition de la presbytie. 

Retour au schéma de l'oeil

 

Cornée


La cornée est la partie antérieure transparente du globe oculaire, en forme de calotte asphérique et légèrement saillante.
Elle transmet la lumière au cristallin et à la rétine.

C’est le premier élément réfractif de l’œil, comptant pour les 2/3 du dioptre oculaire, le cristallin constituant le 1/3 restant.
Elle couvre environ un cinquième de la surface de l’œil. Elle mesure en moyenne, chez l’adulte, 11,7 mm de diamètre horizontal et 10,6 mm de diamètre vertical.
Son épaisseur diminue de la périphérie (environ 1 millimètre) vers le centre (environ 500 micromètres).

Retour au schéma de l'oeil

 

Chambre antérieure


La chambre antérieure de l'œil est l'espace entre l'iris et la surface la plus interne de la cornée, l'endothélium. Elle est remplie d'humeur aqueuse.
L'hyphéma et le glaucome sont deux des principales pathologies qui lui sont associées.
En cas d'hyphéma, le sang remplit la chambre antérieure, pour un glaucome, le blocage du canal de Schlemm empêche l'écoulement normal de l'humeur aqueuse, ce qui entraîne une accumulation de liquide, l'augmentation de la pression intraoculaire, et finalement la cécité.

Retour au schéma de l'oeil

 

Chambre postérieure


La chambre postérieure de l’œil est l’espace compris entre l’iris et le cristallin.
L’humeur aqueuse est produite par le corps ciliaire et arrive dans la chambre postérieure.
L’humeur aqueuse provenant de la chambre postérieure de l’œil et s’écoule dans la chambre antérieure de l’œil le long du cristallin en passant à travers la pupille

Retour au schéma de l'oeil

 

Angle irido cornéen


L'angle irido-cornéen est un angle délimité par la face avant de l'iris et par la face postérieure de la cornée.

Retour au schéma de l'oeil

 

Zonule ciliaire


La zonule de ciliaire (ou zonulr de Zinn) est un anneau de torons fibreux reliant le corps ciliaire avec le cristallin de l'œil.
La zonule de Zinn est divisée en deux couches: une mince couche qui tapisse la fosse hyaloïde, et une couche plus épaisse, qui est une collection de fibres zonulaires.
Ensemble, les fibres sont connues comme le ligament suspenseur du cristallin.

Le nombre de zonules présents dans une personne semble diminuer avec l'âge. 

Retour au schéma de l'oeil

 

Conjonctive


La conjonctive est une membrane muqueuse transparente.
Elle tapisse l'intérieur des paupières dans sa partie tarsale et la sclère (le blanc de l'œil) dans sa partie bulbaire.
Elle ne recouvre pas la cornée.
Cette membrane est constituée d'une couche cellulaire épithéliale composée en partie par des cellules caliciformes. Ces cellules produisent du mucus qui entre dans la composition du liquide lacrymal nécessaire à la lubrification de la surface de l'œil.

Une conjonctivite est une inflammation de la conjonctive.

Retour au schéma de l'oeil

 

Ora serrata


L'ora serrata est la limite entre la rétine sensorielle postérieure, et la rétine antérieure.

Retour au schéma de l'oeil


 

Rédigé en partie sur base des sources offertes par Wikipédia